ClubMed change de mains

Amusement_Logic_Jan2015_04

Début janvier nous avons eu confirmation de la vente de géant touristique français Club Med au groupe chinois Fosun, tenu par l’investisseur Guo Guangchang, pour une somme de 939 M€. Il s’agît d’un nouveau changement de main et d’orientation pour une société historique de notre industrie.

Fondée en 1950 comme association sans but lucratif, le Club Med a introduit le concept du “tout compris” avec son premier projet à Majorque. L’offre était dirigé plutôt aux célibatiares et couples à fort pouvoir d’achat, et le succès fut immédiat. Le baron Edmond de Rothschild a tellement aimé ses vacances làbas qu’il achetât la société et soutînt son développement pendant plusieurs décennies, étendant le réseau à travers la Méditerrannée, aux resorts de ski aux Alpes et découvrant d’autres destinations au Caraïbes et au Brésil.

Ce qui distingue le Club Med c’est son organisation interne. Chaque destination est un village et le directeur est le chef de village. Les animateurs s’appellent GO (gentils organisateurs) et les clients GM (gentils membres). Tous mangent, boivent et s’amusent ensemble, formant une expérience de loisir hautement partagée. Ils célèbrent même les crazy signs, des coréographies en groupe qui se repêtent tout au long de la journée et dans les différents villages.

Le Club Med tombe en déclin dans les années 90 avec l’apparition de concurrents et quelques erreurs de strategie. Après l’arrêt touristique mondial de 2001, le nouveau PDG Henri Giscard d’Estaing et le groupe hotelier ACCOR prennent les rênes pour se concentrer sur le tourisme familial et la société revient aux bénéfices en 2005. Ils gérent actuellement plus de 80 villages dans 25 pays, mais la dernière crise financière leur à été encore fatal.
Amusement_Logic_Jan2015_05

Mais ils ont trouvé une planche de salut en Orient. La classe prospère et nombreuse a découvert les plaisirs du voyage en vacances, les trois premiers villages en Chine ont joui d’un succès similaire à celui connu en France 60 ans en arrière.

Comme d’autres investisseurs chinois, Fosun est en train de réinvestir ses bénéfices dans la vente d’assurances en rachetant des sociétés dans la mode, le cinema et le tourisme dans le monde entier. Guangchang sera-t-il le nouveau Rothschild?