Histoire de la thématisation. Seconde partie


Histoire de la thématisation, de Coney Island à Disneyland..
Le mois dernier, nous avons terminé notre premier chapitre de l'histoire de la thématisation, en parlant du Luna Park à New York. Luna Park se trouvait à Coney Island, une bande de plage à Brooklyn qui est devenue un point de rencontre pour les habitants de la riche et peuplée ville de New York, désireux de divertissement populaire.

Déjà en 1901 F. Thompson, un architecte impliqué dans la conception des bâtiments pour foires et salons, avait développé à Coney Island l’attraction «Un voyage à la lune". Cette attraction transportait les visiteurs jusqu’à la lune entre les couloirs de scènes en plâtre, éclairage et personnages. L'idée de déplacement du visiteur littéralement dans un autre monde, est évidente.
historia3
Au cours des décennies suivantes, Coney Island fleuri avec ses trois parcs: parc Steeplechase (course d’obstacles), Dreamland et le déjà connu de Luna Park.

Le Parc Steeplechase -‘Course d'obstacles’- était le parc pour les gens modestes. L'éléphant dans l'image ci-dessous est un exemple d'élément thématique de ce parc.
historia1

Dreamland, à Coney Island, était destiné à un public ayant de plus hauts revenus. Sur la photo on peut voir un exemple de thématisation sous la forme de grands éléments sculpturaux.

historia2

Luna Park, présenté dans notre bulletin précédent, combinait le meilleur de ces deux parcs.

Mais à partir 1915, le cinéma et la voiture ont pris la place centrale dans l'industrie du divertissement et de nombreux parcs d'attractions aux Etats-Unis ont commencé à être fermés. La Dépression de 1929 a fini par provoquer la clôture de la plupart des parcs. La succession des guerres mondiales a empêché la mise à jour des quelques parcs qui étaient en service dans le monde et le public, comme nous le savons, réclame un renouvellement périodique. Nous devrons attendre à plus tard, au baby-boom d'après-guerre et les temps prospères, pour parler à nouveau de thématisation, et commencer à parler, enfin, de Disney.

Mais cela fera partie du prochain chapitre.

Salutations!